Vous êtes ici

Chun-Wing Lam- GEM IFC 2019 : danseur à l’Opéra de Paris !

Publié le
15 Octobre 2019

Chun Wing Lam revient sur son parcours et sur son quotidien au sein de la prestigieuse institution qu'est l'Opéra de Paris.

Quelle est ton histoire ?

Je suis né à Hong Kong où j’ai commencé la pratique de la danse en amateur quand j’avais sept ans. À mes quatorze ans, j’ai voulu me professionnaliser. J’ai donc candidaté pour rejoindre l’école de danse de l’Opéra de Paris et j’ai été accepté. Ça a été un double choc ! Après mes quatre années de formation, j’ai passé le concours d’entrée pour le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Cette année, je commence ma cinquième saison au sein à l’Opéra.

Pourquoi ton arrivée à l’école de l’Opéra a été un double choc ?

Quand j’ai mis les pieds en France, ça a tout d’abord été pour moi un choc culturel. Je n’avais jamais été en Europe auparavant. Je ne parlais pas le français et j’ai dû apprendre la langue assez rapidement, car peu de gens parlaient anglais à l’école. C’était également un choc, car je n’avais jamais suivi de formation de danseur professionnel. C’était très intense physiquement ! Enfin, le fait d’être interne dans une école à l’autre bout du monde, loin de mes parents était très compliqué. La séparation avec ma famille a été difficile. Je suis très content d’avoir fait ces sacrifices, mais si c’était à refaire, je ne sais pas si je le ferais à nouveau.

À quoi ressemble la vie dans une école de danse de haut niveau ?

Les études étaient aménagées. Le matin, on commençait la journée avec des cours classiques, puis on poursuivait avec la danse l’après-midi. J’ai passé le Brevet des collèges avec l’école puis j’ai passé un bac S avec le CNED, car l’école de danse ne proposait que la filière littéraire. J’ai eu mon diplôme du premier coup pendant ma toute première saison au sein du Corps de Ballet de l’Opéra.

Pourquoi avoir décidé d’aller plus loin dans tes études en intégrant Grenoble École de Management ?

J’ai arrêté mes études au début de ma deuxième saison, mais je ressentais le besoin de m’enrichir sur le plan intellectuel. J’ai donc cherché une formation compatible avec mon activité. Un jour, je suis passé devant le campus de Grenoble École de Management à Paris et j’ai vu qu’ils proposaient des formations pour les sportifs de haut niveau. Même si je ne suis pas officiellement reconnu comme tel par l’État, j’ai tenté ma chance et GEM m’a accepté !

Comment as-tu jonglé avec ton métier et l’école ?

Si j’ai réussi à mener de front ces deux activités en même temps, c’est surtout grâce à l’équipe pédagogique qui était toujours à l’écoute de mes besoins et très flexible dans le planning des cours.

Maximilien Arengi 

Lire la suite sur business-cool.com

Cela pourrait vous intéresser