Vous êtes ici

Fabrice Raffo GEM ESC 1999, un inconditionnel nostalgique

Publié le
03 Avril 2018

Fabrice Raffo a fait de son business la relance des marques qui ont connus le succès chez la génération Y, et ça marche!

Depuis ta nomination en tant qu’Entrepreneur GEM de l’année en 2013, tu as parcouru du chemin.
Tu travaillais à l’époque sur la relance de la marque Tann’s on te retrouve aujourd’hui sur une nouvelle marque de notre enfance, peux-tu nous expliquer le chemin parcouru ?

"Avec Benjamin Prades (même promo GEM que moi) nous avons effectivement relancé la marque Tann’s. Ca a très bien fonctionné, nous avons également développé la ligne de bagagerie scolaire IKKS. En 2015, nous avons vendu notre société et ses marques au groupe Oberthur. J’ai alors monté 3 nouvelles sociétés.
Une 1ère toujours avec Benjamin. Nous avions envie de créer une marque de sacs à dos personnalisables et modulables. C’est chose faite, allez jeter un oeil sur www.kuts.fr ! Nous sommes fiers d’avoir déjà une belle communauté Instagram @kutsofficial de 15000 abonnés. Nous allons sans doute faire une levée de fond pour accélérer sur le digital et l’international.
Une 2ème société avec 9 autres autres associés. Nous avons créé un fonds d’amorçage dans les startups : www.kapinno.pro. Nous sommes à mi-chemin entre Business Angels et Fond d’investissement. L’idée est d’apporter des fonds mais aussi l’accompagnement de 10 entrepreneurs d’horizons très variés et quand nous décidons d’investir, nous y allons tous ensemble. Nous avons déjà apporté notre contribution à 4 startups. D’autre sont dans les tuyaux.
Et la 3ème société, est à nouveau une marque de notre enfance : les jouets « Les Bidibules », www.instagram.com/lesbidibules/ "
 

Comment expliques tu que tes projets pro se concentrent sur la nouvelle vie de vieux produits ?

Comme tu l’as compris mes nouvelles activités sont diversifiées.
Je capitalise sur nos savoir-faire produit, distribution, marketing en créant Kuts. Je m’ouvre sur la nouvelle économie et ses nouveaux business models avec Kapinno.
Et on retrouve effectivement la composante vintage avec la résurrection d’une marque. Je trouve ça très motivant de partir d’un cahier des charges existant (une marque, un produit, une idée), de s’appuyer dessus, d’en tirer les forces et de le faire évoluer.
Pour les Bidibules c’est avant tout la sonorité de la marque qui me plaisait. Et au final tout le reste est nouveau: le story telling, le jouabilté, l’univers, … . En effet Les Bidibules sont des êtres venus d’ailleurs pour observer les humains. Dis-ça à un enfant et mets-lui nos drôles de petits bonhommes et leurs engins entre les mains et écoute les histoire dingues qu’il va s’inventer !!

Penses-tu qu’il y a, dans notre société actuelle, une niche marketing qui joue sur la nostalgie de la génération Y ?

"Bien sur que cette niche existe. Ca a existé de tous les temps mais « notre » génération Y est sans doute la meilleure cliente pour ce ressort affectif. Dans ce monde qui change très vite, avec des codes qui se réinventent en l’espace de 3 mois, pouvoir compter sur des marques qui vous parlent, qui vous comprennent et que vous comprenez en retour de manière intuitive  est rassurant. Il faut par contre que la marque soit la plus sincère possible. Le produit doit délivrer la qualité et le service promis sinon la déception sera d’autant plus forte.
Si la Génération Y est sensible au « rétro-Marketing », les Millenials ,eux, sont un peu moins sensibles aux marques et plus à l’usage immédiat et personnalisé qu’elles procurent.
De manière plus large c’est la personnalisation de l’offre qui est la clé aujourd’hui, quelque soit la cible. En fait ça a toujours été la clé mais la technologie permet de faire des choses jusque là impossible. "
 
Dans quelle mesure ton expérience à GEM et le réseau t’aident et te porte dans ce parcours ?

"Le positionnement très généraliste de GEM avec un accent management technologique donne une ouverture d’esprit et une capacité d’adaptation au changement. Cela m’aide grandement au quotidien. Par contre je ne suis pas le roi du réseau, je devrais plus m’en servir. Que ce soit pour recevoir et aussi pour donner. Nouvelle action à mener !"
 
Peux-tu nous dire ou est-ce que nous te retrouverons dans 5 ans ?

"J’ai de jolies pépites entre les mains avec KUTS et LES BIDIBULES.
Les développements vont prendre du temps, sans doute serai-je toujours aux manettes de ces 2 marques.
On me sollicite fréquemment au niveau marketing, communication, sourcing, production ou encore stratégie. Le conseil serait une étape intéressante. L’enseignement m’attire également .
Mais je crois que j’ai l’entreprise dans le sang alors peut-être que dans 5 ans je serai en train de créer ma 1ère startup !"

Merci Fabrice, au plaisir de rencontrer les gémiens sur un prochain GIT SIT Marseille.

Propos recueillis par Karine Jacquet Vaillant.

Cela pourrait vous intéresser