Vous êtes ici

La course du coeur, les Biking Bros'heart

Publié le
13 Février 2018

Ce sont 2 frères Nantais dont Vincent Dravet GEM ESC 2016 , partis de la ville de Québec au Canada dans le but de rejoindre la ville la plus au sud de l’hémisphère sud, Ushuaia, et le tout en vélo.
Aujourd'hui après 15000 km et 9 mois et demi de voyages, Vincent nous explique ses motivations.

Ce sont environ 30 000 kilomètres qui séparent les 2 villes et il leur faudra environ 2 ans pour y parvenir. En parallèle, ils se sont lancés le défi solidaire de récolter 36 000 € pour l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque afin de financer 3 opérations chirurgicales pour des enfants d’Afrique et d’Asie atteints de malformations cardiaques, et n’ayant pas la possibilité de se faire opérer dans leur propre pays.

Où en êtes-vous aujourd’hui et où en est la cagnotte au profit de MCC* ?

« Nous sommes actuellement au Panama après 9.5 mois et presque 15 000 kms ! A peu près à mi-parcours, nous pensons arriver à Ushuaia fin 2018. La cagnotte pour MCC progresse toujours afin de financer une troisième opération cardiaque. Notre compteur est à 27850 € avec rappelons-le un objectif de 36 000 € (chaque opération coûte 12 000 €). L’idée est d’atteindre notre objectif solidaire avant d’atteindre Ushuaia ! »

As-tu une âme de personne solidaire ? Est-ce une vocation que tu as depuis tout petit ou as-tu eu un déclic ?

« Je pense que l’humain par nature se veut solidaire et altruiste. Parfois, dans nos sociétés développées, on ne se rend pas compte que certaines personnes (parfois autour de nous) sont dans le besoin et qu’en faisant des choses simples on peut améliorer leur quotidien, que ce soit en France ou ailleurs. Nous nous sommes rendus compte qu’en vivant en France, nous bénéficions d’une chance énorme (et nous nous en rendons compte encore plus en voyageant). Les frais de santé sont gratuits, l’éducation est accessible à tous, l’eau sort potable du robinet, il y a de l’emploi (et quand on ne travaille pas, on touche le chômage !), on touche une retraite … Une fois qu’on se rend compte de cette chance, c’est tout naturellement qu’on souhaite rendre quelque chose à la société et venir en aide aux plus démunis. Je ne pense donc pas que ce soit un déclic mais plutôt une prise de conscience. De plus, nos parents nous ont toujours éduqués dans ce sens, par le partage et la solidarité. Je crois qu’en donnant (de son temps ou de son argent), le jour où nous serons dans le besoin quelqu’un nous viendra en aide. »

Ton parcours à Grenoble Ecole de Management a-t-il contribué à ton projet actuel ?

Bien sûr ! Il en a probablement été un moteur. En plus d’avoir contribué à développer mon attrait pour le cyclisme dans les pentes de la Chartreuse ou du Vercors, mon parcours à GEM m’a donné toutes les billes pour mener à bien mon projet avec mon frère.

Je retiendrais 2 points centraux :

Dans l’association Altigliss, en tant que Responsable Partenariats, j’ai appris à démarcher les sponsors et à vendre un projet. Pour notre collecte crowdfunding au profit de Mécénat Chirurgie Cardiaque, nous avons eu une vingtaine d’entreprises qui ont adhéré au projet et ainsi participé financièrement.
Au cours de ma spécialisation dans le Mastère Entrepreneuriat, j’ai appris à mener un projet de A à Z (création, vente, communication, finance…). Cette année m’a donné toutes les compétences et la motivation pour pouvoir me lancer. Je pense qu’avoir lancé ce projet avec la collecte de fonds est équivalent à avoir monter ma propre entreprise.

Comment en êtes-vous arrivés à l’élaboration de ce projet tous les 2 ?

On a toujours été très unis avec mon frère notamment par le sport et ses valeurs. Persévérer et se donner les moyens pour atteindre son objectif sont notre mode de penser et d’agir. De plus, nous avons toujours aimé la nature, la découverte et l’aventure. Nous avons par exemple réalisé ensemble la traversée de la Corse à pied en suivant le mythique GR20 en 2014 (environ 180 kms de marche en 11 jours). Mais, cette fois-ci nous voulions quelque chose d’une plus grande envergure.

L’idée était donc de valider nos études respectives puis de quitter la France dans laquelle nous avons grandi afin de découvrir d’autres cultures, paysages et coutumes pendant 1 an. La période juste après les études est probablement la meilleure puisque nous n’avons pas encore trop d’attaches et c’est facile de se libérer une année (ou deux !).  Notre attrait pour le sport nous a incité à choisir le vélo comme moyen de transport qui permet d’avancer ni trop vite, ni trop lentement, tout en facilitant les rencontres. Il s’avère aussi un moyen économique et écologique !

Très rapidement nous sommes tombés d’accord sur le fait d’associer une dimension solidaire à notre voyage afin de lui donner plus de sens. Nous avons contacté Mécénat Chirurgie Cardiaque qui a été emballé par le projet et qui nous a aidé à le mettre en œuvre. Si l'on peut en profiter pour se mobiliser pour une bonne cause, il ne faut pas hésiter !

Enfin, pour l’itinéraire, nous souhaitions quitter l’Europe que nous connaissons relativement bien pour partir à la découverte de cultures complètement différentes. L’idée de traverser les Amériques du Nord au Sud (de Québec à Ushuaïa) a retenu notre attention par la diversité de ses paysages et de ses cultures (des pays riches aux pays plus pauvres, des plaines aux montagnes, des volcans, plages, forêts, déserts…). De quoi s’amuser pendant de longues journées de vélo !

Propos recueillis par Karine Jacquet Vaillant - GEM Alumni

En savoir plus :

Cela pourrait vous intéresser